Exposition Luigi Pericle (1916‐2001) – D’un monde à l’autre


Exposition Luigi Pericle (1916‐2001) – D’un monde à l’autre

Exposition Luigi Pericle (1916‐2001) – D’un monde à l’autre

35 35 visiteurs ont vu cet évènement.

Le Musée des Beaux-Arts et le Musée National de l’Automobile-Collection Schlumpf accueillent la première exposition monographique en France de l’artiste suisse Luigi Pericle (Bâle, 1916 – Ascona, 2001).

Vernissage : Vendredi 15 mars à 18h30 au Musée des Beaux-Arts de Mulhouse

L’exposition au Musée des Beaux-Arts de Mulhouse propose une découverte des différentes facettes de la personnalité et de l’oeuvre de Pericle : l’illustrateur, l’artiste et l’homo universalis. Elle tend à situer l’artiste dans le contexte des courants de l’Art Informel au 20e siècle tout en mettant en valeur l’originalité de son oeuvre.

Le parcours, en cinq salles et avec près de 90 oeuvres et documents, offre un panorama des grandes périodes créatrices de l’artiste des années 1960 à 1980 autour de deux thématiques : le signe et la quête de l’invisible. En parallèle, sa production d’illustrateur comique et satyrique est présentée.

Enfin, son oeuvre finale, le roman “Jusqu’à la fin des temps” fait l’objet d’une section dédiée. L’exposition s’attache à montrer par le biais de ses oeuvres, de documents d’archive, d’illustrations inédites et d’un extrait de sa bibliothèque encyclopédique, les mondes multiples de Luigi Pericle.

L’exposition se poursuit au Musée National de l’Automobile de Mulhouse – Collection Schlumpf. C’est en effet un lien insolite qui unit Mulhouse et Luigi Pericle depuis 60 ans : une Ferrari 250 MM. Fritz Schlumpf, à l’origine du Musée de l’Automobile de Mulhouse, acquiert cette prestigieuse voiture de course en 1964.

Il devient alors le dixième propriétaire, en dix ans, de cette Ferrari à l’historique particulièrement dense. Elle est exposée en 1952 au Salon de Paris, avant de connaître son premier illustre propriétaire, le cinéaste Roberto Rossellini. Entre 1953 et 1964, elle change neuf fois de propriétaires, une fois de carrosserie, et prend le départ de cinq courses. Sa vie italienne prend fin en 1959, lorsqu’elle est exportée en Suisse à l’intention de Luigi Pericle qui la conserve jusqu’en 1963.

Autour de la Ferrari, une trentaine de documents issus des archives de Pericle nous permettent de faire un pas de côté afin d’aborder cet artiste complexe par un prisme inédit, celui du passionné d’automobiles.

Pour plus d’informations, veuillez cliquer ici.

Pour s’inscrire à cet évènement, Veuillez vous rendre à l’URL suivante :

Partager avec des amis